Lien court de cette page : http://tinyurl.com/d56u5he



Début d'une étude sur l'origine de la dette publique

Un déficit primaire désigne la situation du budget d'un pays qui enregistre un déficit avant même le paiement des intérêts de sa dette.
On a donc : déficit (besoin de financement) - intérêts = déficit primaire
ou, parce que les budgets ne furent pas systématiquement déficitaires, solde budgétaire (capacité ou besoin de financement) - intérêts = solde primaire

Il est impossible pour le moment de trouver les antériorités de la dette avant 1979 où les données démarrent à 82,8 Md€ courants, soit 243 Md€ constants 2010, et 21% du PIB
L'INSEE fournit par contre les soldes budgétaires depuis 1959 en pourcentage de PIB
D'autres données permettent d'approcher le montant des intérêts versés toujours en pourcentage de PIB
De là on trouve facilement le montant des soldes primaires des APu (Administrations Publiques)

Nous essayons de démontrer les cumuls de soldes primaires, c'est à dire les cumuls des soldes des budgets primaires (recettes - dépenses sans intérêts), qui sont représentatifs des besoins réels des administrations publiques dans un contexte où l'Etat ne doit pas payer d'intérêts, soit parce qu'il équilibre les recettes dépenses depuis très longtemps, soit parce qu'il monétise ses besoins de trésorerie.

Voici à télécharger le fichier excel à l'origine de ces graphiques:


soldes_APu_1959_-_2010.png




Évolution des soldes primaires et du cumul des soldes primaires en euros courants

Note du rédacteur:
Dans ma manière de voir la dette publique (mais je peux me tromper), je tiens le raisonnement suivant, avec comme préalable ici que l'Etat n'a pas d'intérêts à payer (seuls donc les soldes primaires nous intéressent, nonobstant les ventes ou achat d'actifs qu'il faudrait sans doute intégrer ). Il me semble que nous faisons tous souvent des "arrêts sur image" mais en fait il y a continuation totale des éléments comptables entre le 31 décembre et le début de l'année suivante. Les soldes primaires sont donc "transférés" sur l'année qui suit et de même les années qui suivent. Ils augmentent cette "pelote" s'ils sont positifs et la diminuent s'ils sont négatifs. Le cumul me semble bien montrer quelle serait la "dette réelle" (en fait notre besoin de monétisation cumulé) si nous n'avions pas eu d'intérêts à payer.
C'est bien la croissance qui a permis à ce solde final négatif de 65 Md€ en 2008 (et de 250 en 2010) de ne pas être plus important. Disons qu'avec plus de croissance (mais aussi plus d'impôts ou moins de dépenses) il aurait été insignifiant ou au contraire aurait permis le maintiens d'une "pelote", trésorerie positive des APu.
On voit aussi qu'une toute petite monétisation chaque année où les soldes primaires étaient négatifs auraient permis de maintenir le solde à l'équilibre. Mais c'est bien l'intérêt la cause des causes.



soldes_primaires_1959_-_2010_courants_gd.png




soldes_bruts_1959_-_2010_PIB_gd.png



soldes_primaires_1959_-_2010_PIB_gd.png